Réalisation Z-EspaceWeb.com

entete
fondmenu
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

8 impasse des acacias - 58160 SAUVIGNY-LES-BOIS - 06 11 85 28 64 - yl@terredhumus.fr


Terre d'Humus

*28avr12 : détruire ses engrais verts PDF Imprimer Envoyer

Pour commencer, quelques nouvelles de Terre d'Humus, plus rares ces derniers temps.


- Info pratique pour le site : la fonction "Recherche" récemment installée vous permettra de trouver les articles avec les mots clés qui vous intéressent

- la taille de mon jardin s'agrandit un peu et passe de 30 m2 à 7 000 m2. De quoi tester à échelle professionnelle les techniques de l'agriculture naturelle, en commençant par les légumes et à terme les fruitiers. La vocation de ce grand jardin est double : produire dans une logique économique et expérimenter pour développer des techniques permettant d'obtenir des rendements élevés, en y passant peu de temps, avec très peu d'investissements. Tout ceci sans travail du sol ou presque, sans eau, avec pas ou peu de désherbage, sans aucune intervention curative et traitement d'aucune sorte (pas de bouillie bordelaise, pas de soufre, pas de purin d'ortie). Les premiers résultats vous seront communiqués sans doute dans l'automne.

Pour mémoire : (agriculture naturelle = pas -ou très peu- de travail du sol, pas de traitement contre les maladies et ravageurs, pas de fertilisation -ou très peu-, pas de désherbage - ou très peu-). Voir plus d'infos sur l'agriculture naturelle, dont les principes ont été établis par le japonais Masanobu FUKUOKA.

- la raison de la rareté des nouvelles tient en deux mots : Corbeille Nature, une activité de vente de produits alimentaires bio, que je livre à domicile (Nièvre seulement) et que j'ai lancée début 2011. Avis aux personnes intéressées !

 

Voilà pour le petit tour des nouvelles de par ici. J'espère que par chez vous, les techniques naturelles s'implantent bien !

Entrons maintenant dans le vif du sujet : les engrais verts et plus précisément leur destruction, car ça va être l'heure pour ceux d'entre vous qui en ont semé à l'automne.
Les questions suivantes se posent parfois : quand détruire ? Et comment ? Et quelles techniques pour enchaîner sur les cultures suivantes , notamment dans le cadre d'un jardinage et d'une agriculture naturelle sans travail du sol ?



Quand détruire ?

 

Certains engrais verts (moutarde, phacélie, tournesol) gèlent lors des températures hivernales négatives modérées ou dès que le thermomètre passe en dessous de 0°C (sarrasin, ...).
Pour ceux-là, la question de la destruction est réglée. Les froids intenses de cet hiver ont fait le ménage. La place est nette.

 

Reste le cas des engrais verts non gélifs, choisis même pour cela, qui arriveront au stade floraison courant mai (en Bourgogne).
Voici comment je m'y prends .....


Photo : féverole en fleur.


C'est au stade ou les plantes ont atteint leur plein développement végétatif, que je commence à penser à leur destruction.
Plus tôt serait dommage, le système racinaire n'aura pas exprimé tout son potentiel. De plus les légumineuses, qui apportent de l'azote au sol, fabriquent l'essentiel de l'azote seulement à partir du stade floraison. J'essaie donc, quand c'est possible, de laisser les légumineuses (féverole, pois fourrager, vesce, trèfle incarnat, ...) former leurs fleurs puis leurs gousses.
Je veille aussi à ce que les plantes n'amènent pas leurs graines à maturité, faute de quoi la planche de tomates se transformera en planche d'avoine, seigle.....

Autre élément qui influence le moment de choisir l'heure de la destruction : l'humidité du sol. Si le sol est sec, on peut anticiper la destruction, car l'engrais vert risque de pomper de l'eau au détriment de la future culture. Dans ce cas, on détruit, et on laisse le feuillage en surface comme paillage. La terre va se réhumecter progressivement, en bénéficiant de l'eau contenue dans les racines des végétaux détruits.

Voilà réglée la question "Quand détruire?".


Maintenant comment ?

 


Comment détruire ?

 

Traditionnellement, les engrais verts sont broyés et enfouis. Cette technique à mes yeux présente plusieurs inconvénients.

D'une part, il faut détruire plus tôt, minimum 2 voire 4 semaines avant de ressemer et planter, pour laisser au sol le temps de digérer la matière organique fraîche. Ce qui amène à ne bénéficier que d'une petite partie de leurs avantages. Dommage.
Autre inconvénient, celui du travail du sol : assèchement de la terre, effort humain ou mécanique, semis de mauvaises herbes, destruction de la vie du sol sur la zone travaillée.

Je préfère donc une approche nouvelle, prometteuse, sans travail du sol ou avec travail du sol réduit.
Il y a plusieurs possibilités, que chacun choisira suivant son cas.

 

Option N°1 : l'écrasement par roulage ou autre

C'est l'idéal, le plus rapide, le plus élégant. Il s'agit d'écraser les tiges de l'engrais vert, et ainsi stopper définitivement sa croissance. Mais les outils n'existent pas pour le jardinier. Un outil existe en agriculture, appelé rolofaca, mot qui vient du Brésil, comme la technique.



Photo de gauche (source Steve Groff) : rolofaca derrière tracteur.
Photo de droite : écrasement "pédestre" d'engrais verts au moyen d'une cornière métallique.

Le point clé de la technique est d'opérer le plus près possible de la maturité de la plante. Un écrasement trop précoce provoque une réaction de la plante : elle repousse. Ce qui n'est pas le cas plus tard, au moment où la plante a jeté toutes ses forces dans la transmission de sa lignée : la graine.
Après destruction , la plantation des tomates, par exemple, peut avoir lieu. Le couvert végétal reste sur place, se décompose doucement en servant de paillage.
Et les semis ? Je n'ai personnellement pas tenté de semis à travers le tapis végétal, mais ça se fait en agriculture au moyen de semoirs adaptés. Le tracteur sème la culture suivante, place la graine à la profondeur voulue et détruit l'engrais vert en un seul passage. Le Graal de l'agriculture !



Option N°2 : la fauche

Dans ce cas, l'engrais vert est fauché. Comme pour le roulage, gare aux repousses si la destruction est trop précoce !
Technique plutôt adaptée pour les plantations. Les résidus végétaux sont remis en paillage ici ou ailleurs. Les repousses sont arrachées facilement dans un sol meuble.

C'est ce qui a été fait sur cette planche de petits pois, où seule la ligne de sillon a été travaillée après fauche du Biomax, semé fin août de l'année précédente.

Photo de gauche : le biomax (mélange d'engrais vert semé fin août), photo un mois après le semis.
Photo de droite : même planche. Deux lignes de pois semés après fauche des engrais verts non détruits par le gel. Pas d'autre travail du sol que la réalisation de la ligne de semis.


Option N°3 : le scalpage

Le scalpage, pardon pour le terme un peu barbare, consiste à couper à la houe (par exemple) les engrais verts à environ 3 cm de profondeur. Les végétaux scalpés sont écartés le temps du semis ou de la plantation. Ils sont utilisés comme paillage sur la planche concernée ou sur une autre planche.

C'est la technique que j'utilise désormais pour les semis, en attendant la mise au point d'un outil adapté au semis direct à travers les couverts végétaux. Seule la ligne de semis est travaillée.


Option N°4 : le paillage ou le bâchage

L'idée est d'étouffer le couvert soit avec une bâche noire opaque, soit avec une grande masse de paillage (paille, foin).
Mais il faudra s'y prendre 3 semaines avant de semer et de planter....

 

 

Semer et planter sans détruire ?

 

Pour clore le sujet , et ouvrir une nouvelle piste de réflexion et d'essais, se pose la question suivante : et si je semais et plantais à travers mes engrais verts sans y toucher, ou sans trop y toucher, juste un peu pour faire de la place à ma culture principale ?

L'hypothèse dans ce cas est la suivante : une plante arrivant à maturité n'exerce plus (trop) de concurrence. Si je sème ou plante au milieu, je peux espérer profiter de l'ombrage sous forme de paillage vertical que représentent les engrais verts. Et éviter ainsi des arrosages et du désherbage.

Des essais en ce sens seront réalisés cette année sur tomates et peut-être d'autres cultures. Vous aurez des nouvelles !
D'ores et déjà, j'ai semé des petits pois en mars directement dans un Biomax composé essentiellement d'épeautre, d'avoine, les autres compères du Biomax (féverole, radis fourrager, pois fourrager, ...) ayant été "grillés" par le gel de ce mémorable mois de février.
Suivant mes espérances, les graminées serviront de tuteur ! L'expérience est en route sur deux variétés de pois.

 

 

En savoir plus

 

- Sur le même sujet : voir l'article sur le blog de Gilles Domenech, mon compère expérimentateur en techniques "sol vivant". Abonnez-vous à sa lettre d'infos !

- L'article sur une planche sans travail du sol en mon potager : illustration des techniques sans travail du sol ou avec travail réduit, sans aucune intervention de désherbage.

- Les Biomax, mélange d'engrais verts (en vente chez Terre d'Humus, me contacter)

- Les engrais verts : quels bénéfices ?

 
*26avr12 : les origines de la pomme PDF Imprimer Envoyer

Un vrai scoop, qui date d'il y a quelques années quand même. Les origines des pommes que nous croquons aujourd'hui se trouveraient au Kazakhstan. Là-bas poussent à plus de 1000 mètres d'altitude des forêts de pommiers sauvages, d'une hauteur de 30 mètres, d'une circonférence allant jusqu'à 2 mètres. Le plus étonnant est que ces arbres sont résistants aux maladies dont souffrent nos pommiers domestiqués. Pourquoi donc ? L'hypothèse avancée est que les pommiers de nos vergers sont issus de quelques individus seulement et seraient donc atteints par les tares causées par la consanguinité.

Alors, si on adoptait des pommiers kazakhs ?

Voyez le film : les origines de la pomme

Et un résumé chez Wikipédia : Malus siversii

Lire aussi l'histoire de la pomme :

 

 
* 07mars12 : comptez vos vers (de terre) PDF Imprimer Envoyer

Vous êtes jardinier, agriculteur et vous savez que le ver de terre est un allié de votre jardin ?
Vous êtes curieux de nature et avez envie de mieux connaître ses camarades laboureurs d'outre-terre ?

Alors voici une méthode pour compter vos vers de terre, utilisant la moutarde AMORA (et seulement celle-là).

Vous pourrez effectuer cette mesure à différents endroits de votre jardin, (pelouse, sous les arbres, dans la potager, ...) afin de voir où les vers sont les plus nombreux et si les espèces sont les mêmes.

Voici donc un petit film de présentation de la méthode : Compter les vers : le film

Et voici la méthode :http://missionsprintemps.arte.tv/system/pdf/01_fiche_protocole_VersdeterreOK.pdf

Et la fiche d'identification des vers de terre : http://missionsprintemps.arte.tv/system/pdf/fiche_determination_versdeterre.pdf

Et aussi, à voir un article sur le présent site : http://www.terredhumus.fr/-actualits-19/43--lettre-culture-nature-n2--tout-ou-presque-sur-les-lombrics

 

 

 
*09fev12 : des insectes gardiens des plantes PDF Imprimer Envoyer

Je vous invite à prendre connaissance de l'article passionnant publié dans la revue La Recherche.

Vous y apprendrez que lorsque certaines plantes sont soumises à l'attaque de prédateurs, par exemple les chenilles, elle émet alors des composés volatils (des "odeurs") perceptibles par d'autres insectes mangeurs de chenilles. Ainsi c'est comme si la plante appelait "à l'aide" pour que l'on vienne la débarrasser de ces chenilles. Mais vous verrez qu'en pratique, les phénomènes sont encore plus subtils et complexes.

Vous lirez aussi que la sélection sur les semences orchestrée par l'homme se traduit dans certains cas par une baisse des émissions de composés volatils. La plante crie moins fort à l'aide, elle est donc plus sensible aux prédateurs. C'est le cas du coton par exemple.

L'article est ici : Des insectes gardiens de plantes

 
* 15déc11 : couverts permanents et semis direct PDF Imprimer Envoyer

Un témoignage en vidéo (4 min.) sur la façon d'améliorer la fertilité d'un sol ingrat : avec les engrais verts (couverts permanents) et un faible travail de sol.

Suivez le lien et laissez tranquillement la vidéo se charger !

http://www.agriculture-de-conservation.com/Semis-direct-chez-Philippe-Lion.html

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 16